Photographies Industrielles


Photographie industrielle

Le succès d’un photographe industriel repose sur plusieurs facteurs. Il se doit d’être en bonne condition physique. Les journées sont en générale longues, les conditions souvent extrêmes. Le bruit, la poussière, la chaleur tropicale ou le froid antarctique sont régulièrement au rendez-vous. Ce domaine de la photographie commerciale exigera d’un photographe professionnel d’exercer toute sa créativité, indépendamment des conditions auxquelles il devra faire face. Son client s’attend à recevoir des photographies percutantes où l’usine paraîtra grande, moderne, propre, à la fine pointe de la technologie. Il sera satisfait de voir ses employés dynamiques, compétents et fiers d’y évoluer.

Pour y arriver, les défis sont colossaux. Le photographe industriel devra déterminer le bon angle de la prise de vue, sélectionner l’objectif qui fournira la profondeur désirée. En bon professionnel de la photographie commerciale, il devra compter sur l’équipement nécessaire afin d’éclairer la scène. Outre une multitude de générateurs, il devra aussi s’assurer d’avoir avec lui un nombre impressionnant de rallonges électriques. Son expertise en éclairage artificielle lui sera d’une grande utilité; savoir doser la luminosité d’un flash à celle de la lumière ambiante d’une usine est un art en soi.

Il est très fréquent qu’un client cherche à humaniser une photographie d’usine par le biais de la présence d’employés. À partir de ce moment, le photographe industriel doit relever un défi de taille ! Il s’adresse à une personne qui n’a jamais fait cela de toute sa vie. Il doit composer dans un univers bruyant, où le modèle peine à comprendre les directives qu’il lui transmet. Il doit le diriger, lui indiquer la position à prendre, l’éclairer. Somme toute, créer une image qui positionnera l’entreprise en tant que leader dans son domaine.

Malgré les conditions difficiles et les longues heures de travail, la photo en industrie restera toujours pour moi un des secteurs de la photographie commerciale que je préfère. J’y ai fais mes premières armes en tant qu’assistant il y a de cela plusieurs années. Grâce à elle, j’ai pu voyager dans de nombreux pays. J’ai eu accès à des environnements auxquels peu de personnes peuvent accéder. J’ai vu comment on fabrique des vaccins, des médicaments, des puces électroniques, comment on transforme les résidus d’une ville en purée inodore et non polluante. J’ai assisté à la transformation d’un poulet de son arrivée à l’abattoir jusqu’à un emballage surgelé. J’ai croisé des artisans dans une usine centenaire produisant des instruments de musique reconnue internationalement. La liste est longue et le plaisir toujours renouvelé !